26 juin 2010

Babylone la Grande

Au Nord, la Cité s'étend,Les céphalopodes visqueux perfusent des extrémités de leurs tentacules Les neurones des humains,Si bien que chacun sait ce qu'est la RéalitéEt peut en parler.Au Sud, la Cité s'étend,Et le Maître mange la langue du disciple pour préserver l'Ordre.Le disciple l'a démontré par A + B : L'Absurde est la science prouvant que la Science est absurde. A l'Ouest, la Cité s'étend,Et l'on y épèle le mot Bonheur : P-L-A-I-S-I-R.Psalmodiant, les fidèles sont ignorants.Bien heureux les gens heureux :Ils sont Loi,... [Lire la suite]
Posté par proot à 21:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 juin 2010

Le royaume

Un morceau de bitume qui me sert de banc,Je fume en regardant le vent.L'automne et l'été se confondent en Lorraine,Mon bonheur a rejoint ma peine.Et je cligne des yeux, souffle sur mes cheveux,Le décor est toujours aussi flou.Dans la vitrine d'en face, je fixe un petit vieuxQu'à bien du mal à se tenir debout. Ce petit vieux, j'le connais, il possède un royaume,Que certains voyageurs ont pu voir.C'est un modeste fief, mais une belle amazoneA cru bon d'y asseoir son pouvoir.A peine aimée du peuple, la souveraine... [Lire la suite]
Posté par proot à 01:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2010

Les jouets

Pourquoi pleures-tu petit ange,Tandis que tu coupes mes cheveux,Même si je trouve cela étrange,Je veux juste te rendre heureux.Petite fille aux yeux mouillés,Tu m'as coiffé à ton image,Je suis la poupée mutilée,Entre les mains de l'enfant sage. Je savais bien que tôt ou tard,On t'offrirait un bel ourson,Que tu serrerais tard le soir,M'abandonnant, moi, ton poupon. Dans la pénombre du coffre à jouets,J'attends le jour où, jeune fille,Tu repenseras, le coeur violet,A moi, la poupée mutilée.
Posté par proot à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2010

Trachéotomie

L'aiguille argentée transperce ma carotide,Et la morphine atteint à grand mal l'hémisphère,Isolé, habité du sentiment putride,J'arrache ma perfusion entraînant mon artère. Les blouses blanches se succèdent au chevet de mon lit,Incapables d'animer mon cadavre branlant,Peu à peu le coma prend l'image de la vie,Je décalque mon encéphalo en souriant. Le monde est alerté par mes plaintifs "bip bip",On se prépare à annoncer l'heure du décès,Elle a simplement saisi un stylo bic,Et d'un geste assuré, transpercé ma trachée.
Posté par proot à 00:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]