31 mai 2010

Misanthropie

Ils sont les témoins modernes de vos villes sans nom,Que vous avez érigées, insultants étrons,Ils regardent passer l'asphalte sur les corps,Allongés côte à côte, cimentés d'anti-corps.Ils chatouillent plus souvent qu'ils ne vous bousculent,Alors qu'ils savent qu'ils n'secouent que molécules.Quel plus beau souhait que d'être vu pour un fantôme ? Quel plus beau souhait que d'exploser pour un atome ? Les premiers repeignent les murs à bout de veine,Les seconds animent l'alizé de leur peine, Les troisièmes pêchent au bazooka dans la... [Lire la suite]
Posté par proot à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2010

Dimanche

Je viens de me lever,Mets une croix sur le calendrier,Me moucheEt me recouche ...
Posté par proot à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2010

428ème Ciel

Emmène moi au quatre-cent-vingt-huitième ciel,Où l'androgyne adolescence,Côtoie de l'enfance l'insouciance,Où des camés sniffent des étoiles,Où les poitrines sont cannibales.Emmène moi au quatre-cent-vingt-huitième ciel,J'y resterais accroché c'est sûr,Scratché, lacé, cloué au mur,Emmène moi et si je résiste,Rappelle-moi qu'là-bas Dieu existe.Emmène moi au quatre-cent-vingt-huitième ciel,J'entends de derrière la porte,Les chiens qui aboient à la pudeur morte,Je renifle depuis le couloir,Les effluves passées d'amour transitoir.Emmène... [Lire la suite]
Posté par proot à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2010

La sculpture

Leurs silhouettes noircies s'alignent au garde-à-vous,Comme autant de témoins des tués de la vie,Incapables même de se mettre à genoux,Pour accepter leur sort, pour choisir le répit.J'avais cru un matin discerner un regard,Capable de survoler des kilomètres de champs,Croisant corbeaux, viande froide, kaléidoscopes noirs,J'avais cru un matin discerner un vivant.Je les ai bousculées, toutes ces silhouettes austères,Elles m'ont tenu les coudes de leurs doigts de fréon,J'ai traversé leurs rangs, j'ai bougé les talons,Je me suis écroulé... [Lire la suite]
Posté par proot à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2010

L'averse

Mardi 28 octobre 2008. Je suis assis sur mon lit et il pleut dans notre appartement. Comme à chaque fois qu'il pleut, je suis triste et morose - à moins que ce ne soit l'inverse, je ne sais plus vraiment. Et Anna est partie, me laissant seul avec ce temps affreux.Anna est partie parce que, ici, il pleut et que, dehors, il fait beau, alors pourquoi rester ? Même Patrick Poivre d'Arvor a l'air beaucoup moins sérieux au travers des grosses gouttes qui me bouchent la vue. Tiens ! Il pleut sur la Bourse. Anna a même pris soin d'enlever sa... [Lire la suite]
Posté par proot à 05:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2010

Renaissance

Venus enceinte de mon amourM'étouffe dans son placenta,De larmes et de draps de velours,Je suffoque allongé sur toi.Les contractions ont commencé,Et déjà le rêve recommence,Les dieux sur son berceau, penchés,Voient renaitre notre romance.La voilà qui pousse un premier criPour nous signaler sa présence,Je râle tandis que tu gémis,Je plante de l'amour la semence.
Posté par proot à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2010

Autour

Il y'a ceux qui devinent l'avenir,En regardant dans des miroirsSi demain ils pouvaient en rireOu si jamais c'était trop tard.Il y a ceux qui parlent au futurDe ce qui n'est jamais arrivé,Et même si le destin le voulaitRien n'est moins sûr.Il y a ceux qui, trainant trois sièclesD'histoires entremêlées,Dans leurs livres et dans leur tête,Ont une idée toute faite à m'proposer.Il y a ceux qui s'en contrefoutent :Qui regarderont quand même La coupe du monde de foot,En avalant des choco-rems.Il y a ceux qui parlent trop,Qui, persuadés... [Lire la suite]
Posté par proot à 17:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 mai 2010

Mon plaisir immédiat

Je te rejoins à la brasse, mon plaisir immédiat.Déjà les règles tombent les armes, et je jouisD'avoir détaché mes poignets, abimés, endoloris.Et je guette, sur mon épaule,Les curés alignés au garde-à-vous,Psalmodiant leurs ridicules geôles,Et se demandant s'il est normalQue la Sainte Vierge soit à genoux. Et je serre la main de mon plaisir immédiat, Pissant à la gueule de la bienséance,La foi, la loi, toi, moi, le choix.Et partout le grognement immenseDe la foule qui refuse que, dans son Église,On se permette des galipettesEt que... [Lire la suite]
Posté par proot à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2010

La situation

Je suis dans une bulle, La lumière la transperce,Elle résiste.De là, j'observe,Tout autour, les gens qui marchent.Certains marchent vite,Parfois bizarrement,Tous marchent dans la même direction.Je voisLes rayons de lumièreDévier légèrementLorsqu'ils effleurent les ficelles de la raison : Ces gardes-fou obscènesAccrochés à leur âme. Alors je hurle : Qu'on les libère ! Qu'on les laisse aller ! Que tout ce qui les retient De s'envoyer en l'airIci et maintenant soit refusé par tous ! Peu d'entre eux m'entendent,Aucun ne comprend. Ils... [Lire la suite]
Posté par proot à 04:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 mai 2010

La seconde

J'ai volé une secondeEt l'ai mise dans ma poche,De côté, cette secondePlanquée dans ma caboche.Elle me rappelle tes yeux,Cette seconde dont je parle,Quand elle brille de mille feuCette seconde interminable.Elle me rappelle ton rire,Pendant une seconde,Quand son tintement expireA la dite seconde.Elle me rappelle ta bouche,Je parle de la seconde,Quand sa nacre je toucheEt qu'elle dit : une seconde.Elle me rappelle tes seins,Ma précieuse seconde,Quand elle roule dans ma mainCette seconde toute ronde.Un rêve dure une seconde,Drôle... [Lire la suite]
Posté par proot à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]