27 septembre 2007

L'heure de gloire du mauvais élève

Tic....tac....tic....tacLe temps passe lentement et le professeur parle,L'élève l'écoute et les mouches volent,Elles volent par deux, elle cabriolentEt le professeur frappe, sans état d'âme. Tic....tac...tic....tacL'aiguille a fait un quart de tour,Le professeur parle toujours,Alors l'élève, d'un geste théatralCoud la bouche de l'horrible animal.Tic...tac...tic...tacIl monte sur une table, scène improvisée,Devient une Andromaque ou bien un Prométhée,Le héros d'une tragédie juvénileQui assiégé de honte partira en... [Lire la suite]
Posté par proot à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 septembre 2007

Un accord tacite, un corps insiste.

J'adresse une prièreNon pas a un dieuNi même à vous mes frèresMais a moi même si je le peuxJ'ai failli, nulle excuse, NonMais un blame De n'avoir pas sûGarder éteinte la flammeJ'ai failli pour deux,Faible! Imbécile! J'ai failli pour peuDe tomber de mon filFil où je suis luiCelui qui ne t'aime pasCelui qui ce matinUn instant l'oublia.Pardonne moi encoreSi c'était a refaireJe serrerais ton corpsOui! Si c'était a refaireJe choisirais l'Enfer
Posté par proot à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2007

Mon étudiante en sociologie

Elle a les cheveux en arrière Et une sacoche en macramé Couverte de badges contre la guerre La pauvreté et l’UMP C’est toujours la dernière dans l’amphi Mon étudiante en sociologie Elle prend pas d’notes, de toute façon Elle f’ra une autre première année Il la font marrer ces moutons A écrire sans jamais s’arrêter Elle les méprise tous ces nantis Mon étudiante en sociologie Apres trois heures soporifiquesSur une ou l’autre communautéDu moins une approche théoriqueElle glisse dans les bras de... [Lire la suite]
Posté par proot à 23:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2007

Bus n°130

C'est idiot comme nos sens s'éveillent à la vue d'un regard inconnu qui nous sonde, comme le nôtre scrute à son tour ce visage d'opaline, comme notre conscience nous dit "C'est peut-être maintenant". Alors on hésite, on se mord la lèvre, parce que cela peut également ne pas être maintenant . Alors on baisse la tête et on épie du coin de l'oeil. Elle regarde par ici. On détourne le regard. Infernal ballet. Ses converses l'entrainent alors et elle descend du bus. Ce n'était pas maintenant.
Posté par proot à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2007

Le manège

Le manège dérape et sa pensée tourne, tourne et tourne encore, alors ses yeux s'aggrandissent... ...pour laisser couler ses larmes.
Posté par proot à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2007

Adieu Lilou

Son sac en bandouillerPlein de canettes de bièreLilou va parcourir les chemins.Elle laisse ce matin Les ravages d'la passionEt les obligationsElle n'a plus de chaine aux piedsPlus de chaînes aux poignetsElle avance rien qu'en suivant le vent Sa robe un peu uséePar les épreuves traverséesLilou va s'allonger dans l'herbeLà, l'soleil l'exaspère A poser ses rayonsSur la perfection en haillonsAlors elle s'coule une douilleSous un ciel de rouilleEt avance en suivant les étoilesSa guitare désaccordéeA force de trop jouerLilou va... [Lire la suite]
Posté par proot à 17:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]