24 août 2007

Le vieu

Ce petit vieux assis à la terrasse, son chien à ses pieds, attire mon attention. Son regard est triste comme son chapeau. Triste pourquoi? Peut-être qu'ils se rappelle d'une ou deux guerre, d'un ami mourrant dans ses bras, un morceau d'obus fiché dans le flanc, lui tendant la photo d'une charmante brune et sa médaille. Ou peut-être que le temps a emporté son amour comme il sait qu'un jour il lui prendra son chien. Enfin... qui sait? Il ne lui reste peut-être plus long sur cette Terre, et peut-être qu'un de ces quatres matin le... [Lire la suite]
Posté par proot à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2007

Réveil

    Une raie de soleil perce les volets pour venir frotter mes yeux encores fermés sur une nuit sans rêves. Ils s'ouvrent alors sur une chambre bercée de la grise lumière de la matinée. Je me retourne alors et enlace un corps absent: de l'autre côté du lit les draps sont froids. Je m'assoie précipitamment dans ce lit trop grand et frotte mes yeux embrumés.          Mon regard balaye la pièce: sur le dossier d'une chaise, un slim replié, et, dans le reflet de la glace de la la penderie dont la... [Lire la suite]
Posté par proot à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2007

Le chemin

Il court sur le chemin qui mène à son départ,Redoutant chaque instant de croiser ses souliers,Il sait qu'il ne pourra soutenir ce regardQu'hier il croyait vrai mais jamais ne l'était. Tout le ciel dans un iris et pas une étoile pour mon tourment...  
Posté par proot à 22:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 août 2007

Les cigarettes

Trois mots sur un paquet de cigarettes,Seul reste l'orgueil et les "peut-être",On se demande si la pluie s'arrêteraDe tomber sur l'odeur de tabac froid. On ne peut s'enfuir que si l'on ne sait pas se retourner,Sinon on voit tout le silence que l'on a laissé...
Posté par proot à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 août 2007

L'enterrement

Et les ombres vont arriver,Et la brume va tomber ,Le printemps de la gaietéAinsi donc va s'achever.Adieu aux rêves aquarelles,Adieu aux plaines éternelles,Un voile tombe sur demainLaissant place à notre chagrin.Prends ma main, ô belle étrangère,Accompagne moi vers hier,Et écoute les violons.Jouant un requiem austère,Et sur le portrait funéraire:L'ombre de la passion
Posté par proot à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2007

Le banc

Gris, gris, gris, tout est gris, tout est triste Tout se tait et tout pleure Et dans ce décor sous réaliste Se détache le bonheur Il se pelotonne sur un bancDans une bulle de savon Emportée par le vent Et bercée de chanson La bulle doucement s’élève Et percute un nuage Plop, alors elle crève Et le bonheur volage Retombe
Posté par proot à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 août 2007

Retrouver

Elle n'est qu'une onomatopéePerdue dans un monde de motsRetrouve la Elle n'est qu'une mélodieEgarée au milieu des chansonsRetrouve la Elle n'est rien qu'un prénomQui cherche une émotionRetrouve moi
Posté par proot à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]